Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de ancilla-et-cauchemars.over-blog.com
  • Le blog de ancilla-et-cauchemars.over-blog.com
  • : une histoire, un dessin, mieux qu'une thérapie
  • Contact

Profil

  • Bananolue
  • timide, préférant l'humour à toute autre forme de communication
  • timide, préférant l'humour à toute autre forme de communication

Catégories

29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 21:13

" PAPA". La voix de Benoît resonna comme un glas dans l'appartement sombre. Alexandre ne se le fit pas répéter. Il courut jusque dans la chambre de son fils, se cognant au coin d'un meuble. La douleur ne le stoppa, il la mis de côté pour plus tard. "papa. Gémit l'adolescent quand se dernier pénétra sa chambre. On doit partir. lâcha-t-il comme s'ils tenaient une conversation.

ALexandre l'observa un instant. Il était vivant. Vivant et normal. Pas de Macaque, pas de poil ni de crocs, ni de rage. L'image du corps de sa femme changeant se superposa à celle de son fils, il la chassa.

_ Partir où mon grand. Il lui caressa son visage, il était bouillant. Tu es malade, on ne peut pas partir. continua-t-il. Il

_ Si je l'entend. Sa gorge sifflait. Je l'entend dans ma tête, on doit partir. Y'a un endroit sans Macaques et ils le connaissent pas. Sa respiration était courte et râleuse.

_ Je ne comprend pas ce que tu me dis fils. Il se posa enfin, la tension accumulée de cette journée était en train de retomber, il avait envie de pleurer, de hurler, tout à la fois. Tu n'es pas état d'aller où que ce soit. Tu as de la fièvre et tu délivre.

Benoît lui saisit le poignet, ses yeux brillaient, de son haleine se dégageait une vilaine chaleur

_ Je suis sûr de moi papa. Je les entend, comme sur une radio, un message passe en boucle. On doit partir. Il va se passer quelque chose dans cette ville bientôt, et on ne doit pas être là quand ça arrivera. On doit aller au Sud.

Il se laissa retomber sur le dos, sa tirade l'ayant épuisé et pourtant il avait l'air satisfait. Ou était-ce de l'espoir qu'Alexandre lu dans les yeux de son fils. Il le jaugea un instant, l'estomac noué.

_ On en reparlera demain fils. Il fit mine de se lever, se ravisa. Dors à présent. "

Le père et le fils se sourièrent. Alexandre tira un peu la porte de la chambre de son fils tout comme quand il n'était qu'un petit garçon effrayé par ses cauchemards. Que ce temps lui semblait loin !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bananolue - dans "LES LAPINS"
commenter cet article

commentaires

flots imaginaire 19/12/2010 22:48


Oh! Benoît est vivant!!!!!!!!!!!