Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de ancilla-et-cauchemars.over-blog.com
  • Le blog de ancilla-et-cauchemars.over-blog.com
  • : une histoire, un dessin, mieux qu'une thérapie
  • Contact

Profil

  • Bananolue
  • timide, préférant l'humour à toute autre forme de communication
  • timide, préférant l'humour à toute autre forme de communication

Catégories

18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 18:48

Alexandre claqua la porte derrière lui. Il était ereinté. La tension de cette journée pesa sur ses épaules alors qu'il se posait lui même dans son canapé. Il appela son fils. Pas de réponse. Il héla son prénom. Sans grand resultat. Brusquement il fut incapable de se souvenir si la porte d'entrée était fermée à clef ou pas quand il l'ouvrit.

Oubliant sa fatigue, Alex se précipita dans le couloir, il frappa à la porte de la chambre de l'adolescent. Pas un bruit. Il entra. La chambre était en désordre, un désordre qui n'avait rien à voir avec un jeu. Mais pas de Benoît. L'inquiètude le gagna immédiatement. "BENOIT !"

Il sortit en courant de la chambre, son fils n'était pas là il pouvait le sentir. La peur distilla l'adrénaline dans son cerveau. Et si le gamin avait voulu sortir et s'il était mort tout seul dans un coin. Il lui avait fallu la journée toute entière pour trouver ces foutues info et maintenant qu'il les avaient, elles ne lui serviraient à rien si son fils était mort ou agonisant quelque part. Le gosse avait besoin d'oxygène pur pour vivre, l'air ambiant n'en contenait pas assez.

Alex fit rapidement le tour du séjour pour être certain que son fils ne se cachait pas quelque part dans un recoin sombre. Dans sa précipitation il fit tomber un verre d'eau à terre. Le verre se brisa en mille étoiles sombres et humides. Le son résonna dans son crâne.

La porte n'était pas fermée à clef....dans sa tête des images filèrent. Ce matin, sa main tournant la clef dans la serrure....Benoît dans le salon, seul...quelqu'un qui frappe à la porte....Benoît qui ouvre.

Alexandre se précipita dans les escaliers sans même allumer le couloir. Il manqua de trébucher sur les premières marches. Sa peur se changea en colère. Il devina alors où Benoît devait se trouver. Et la rage et le mépris l'envahi. aprés tout ce qu'ils avaient vécu comme osaient-ils ?

Son poing rageuse s'abattit sur la porte des deux vieux. "ouvrez tout de suite". Sa main droite se posa sur la crosse de son arme plantée dans son pantalon. "Je suis pas trés patient!"

La porte s'ouvrir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bananolue - dans "LES LAPINS"
commenter cet article

commentaires